116 LOGEMENTS LOCATIFS SOCIAUX ET UNE CRECHE

IGNY (91)

RT 2012 + H&E profil A

Infos

Maîtrise d’ouvrage : ​IMMOBILIÈRE 3F
Maîtrise d’oeuvre : ​JTB. architecture (architecte mandataire) ​​​
​​​MaO (architecte co-traitant)
Surface plancher : ​8 000 m²
Coût des travaux : ​12 000 000 € HT
Mission MOE : ​​Mission de base TCE
Avancement : ​​Concours restreint 2013

Présentation

La ZAC des Ruchères se trouve dans une situation topographique de coteau, façonné par la Bièvre. La présence de l’eau, de points de vue généreux, ouverts sur le paysage de la vallée de la Bièvre, l’ensoleillement sur la parcelle ; tous ces éléments ont formé le point de départ de notre réflexion pour l’implantation du programme sur le site.
De plus, l’orientation au Nord de la vue sur le grand paysage, ainsi que les présences acoustiques de la D444 et du réseau ferré ont constitué des contraintes importantes, prises en compte dans cette recherche.

Enfin, l’îlot 2 se trouvant dans une situation particulière, en transition entre le tissu pavillonnaire existant et la ZAC des Ruchères, s’est imposée la volonté de composer avec ces deux paramètres, afin de faire dialoguer la ZAC avec le quartier existant.

L’ensemble de ces paramètres urbains et paysagers, combinés aux exigences économiques et environnementales, a orienté le projet vers une implantation le long des espaces publics, avec des volumes compacts, thermiquement performants, qui libèrent de généreuses failles vers l’espace public et le grand paysage. Ces bâtiments créent ainsi un véritable recul : un filtre vert par rapport aux logements individuels, situés rue du 4 septembre, où se développe une lisière arboré indigène.
Cette disposition permet de libérer un grand espace central, créant une véritable continuité des espaces libres existants du quartier, ainsi qu’une respiration aussi bien pour l’écosystème que pour les futurs habitants.
Cet espace libre est composé d’une partie collective, arborée et support de la rétention des eaux pluviales.
Aux abords se trouvent des jardins privatifs pour l’ensemble des logements à RDC et une mise à disposition de jardins partagés «associatifs» pour tous les logements. Un accès privilégié met en liaison directe les maisons superposées (bâtiments C et E) et les jardins.
Ce grand espace central est un vrai catalyseur des parcours résidentiels pour tous les habitants. La mixité des typologies d’habitat (individuel, intermédiaire -maisons superposées- et petit collectif) permet de créer une diversité d’usage du jardin central, soit individuel, soit partagé, soit collectif, participant au « vivre ensemble » et à l’animation de ce lieu au travers d’une véritable appropriation anticipée de l’espace par les habitants.

Les logements s’ouvrent généreusement sur ce cœur d’îlot et vers le Sud, afin d’optimiser les apports solaires passifs. L’ensemble des extensions extérieures des logements suivent le même principe, favorisant un rapport privilégié avec le coeur d’îlot, bien exposé et végétalisé, ou bien avec le mail piéton et la placette.

Depuis le mail piéton, le projet propose deux failles dont l’une s’ouvre sur un grand porche qui est l’accès principal à l’îlot. Ces failles permettent une grande transparence depuis le mail vers le jardin intérieur.