60 LOGEMENTS EN ACCESSION LIBRE ET MAITRISÉE

ZAC RIVES DE LA HAUTE DEULE / LOT 33A, LOMME (59)

Effinergie+ (RT 2012 – 20%)

Infos

Maîtrise de ouvrage : ​ESCAUT HABITAT + VINCI IMMOBILIER
Maîtrise de oeuvre : ​JTB. architecture (architecte mandataire)
Bureau d’études : ​HDM
Surface plancher : ​3 985 m²
Coût : ​​​5 734 000 € HT
Mission MOE : ​​Mission de base TCE
Avancement : ​​AO entreprises en cours

Présentation

La parcelle située au point de rencontre d’un quartier à l’identité forte et le secteur en plein essor des Rives de la Haute Deûle.
Soucieux d’une insertion courtoise vis-à-vis de l’existant le projet tente de s’intégrer avec humilité et délicatesse dans un environnement en pleine restructuration.

Les programmes d’ESCAUT HABITAT et VINCI IMMOBILIER sont physiquement et fonctionnellement indépendants. Une brèche est découpée entre les 2 bâtiments le long de la voie des Saules, observant un léger décalage vers l’Ouest, cet interstice offre une porosité visuelle depuis l’espace public vers le cœur d’îlot.
Par ailleurs, une respiration est créée le long de la rue Arthur Notebart, permettant ainsi d’optimiser l’ensoleillement du cœur d’ilot et d’augmenter le linéaire de façades exposées au Sud, ouvertes sur le jardin intérieur.

Les architectes de JTB architecture ont apporté une grande attention à la création de porosités et de séquençage des façades. Un porche traversant transperce ainsi le rez-de-chaussée des deux bâtiments suivant un axe Est-Ouest. Cette transparence, visuelle mais aussi usuelle, générée au rez-de-chaussée retrouve son écho en attique, scindant ainsi les 2 derniers niveaux du bâtiment ESCAUT HABITAT en deux volumes, leur conférant davantage la morphologie de «maisons posées sur le toit».

Seuls le deck, le jardin collectif et le parc de stationnement semi-enterré sont mutualisés.
Par souci de rationalité structurelle, mais aussi afin de préserver un maximum de surface en pleine terre au sein de la parcelle, le parc de stationnement, qui compte 72 places au total, vient se glisser sous l’emprise des bâtiments projetés. L’espace libre alors dégagé accueille ce jardin intérieur. La topographie de cet espace majoritairement végétal s’organise comme une nappe végétale qui se déploie depuis le niveau du parking semi-enterré (à -1.30m par rapport au niveau de la rue) pour venir recouvrir en son extrémité la rampe qui débouche sur la rue Arthur Notebart, facilitant ainsi l’intégration de celle-ci dans le volume bâti.

Le projet offre des logements où l’apport de lumière naturelle, le confort d’usage et l’ouverture vers le paysage sont autant de qualités que nous nous devons d’offrir aux futurs habitants.
Les 59 logements, sans exception, sont traversants et/ou à double-orientation et possèdent un espace privatif extérieur. Dans une très large majorité des cas, ces extensions extérieures du logement sont implantées au sud, afin de bénéficier d’un ensoleillement optimal.
Ces espaces sont traités sous forme de loggias «excavées» dans l’épaisseur du bâtiment lorsqu’ils sont situés en limite parcellaire, en opposition à ce traitement «en creux», les logements s’ouvrant sur le jardin du cœur d’îlot se voient agrémentés de balcons saillants qui viennent s’extirper de la façade.

La brique, revêtement de l’ensemble des façades du projet, permet au projet de s’immiscer humblement dans un environnement au patrimoine architectural clairement identifié.